Nous avons tous déjà entendu une petite voix dans notre tête, nous dire que nous n’y arriverons pas, que nous sommes nuls, que ci, que ça. C’est elle qui nous empêche de nous exprimer devant des gens ou de sauter à l’élastique par exemple. Ces pensées peuvent être légitimes mais aussi et surtout, être une histoire que nous nous racontons à nous-même. Nous allons voir comment réussir à dépasser ses peurs!

1- Qu’est-ce que la peur?

Avant de trouver des solutions, il est nécessaire de connaître ce que nous combattons, ainsi, ce qu’est la peur et pourquoi elle se déclenche. Comme nous avons pu le voir dans l’article présentant les émotions (qu’est-ce qu’une émotion?) Les émotions jouent un rôle important dans notre vie quotidienne. Elle est là pour nous protéger d’un danger imminent où nous risquons pour notre vie.

(ndlr https://peurs.fr) Quant à la peur biologiquement parlant, quand une personne éprouve de la peur, certaines zones de son cerveau, comme l’amygdale et l’hypothalamus, sont immédiatement activées et semblent contrôler la première réponse physique à la peur. Des substances chimiques sont libérées provoquant certaines réactions physiques telles que:

  • Rythme cardiaque rapide
  • Augmentation de la pression artérielle
  • Serrage des muscles
  • Des sens aiguisés ou redirigés
  • Dilatation des pupilles (laisser entrer plus de lumière)
  • Transpiration accrue

 

Les causes de la peur sont nombreuses mais elles ne sont pas toutes rationnelles. Personnellement, j’ai peur des araignées mais pas une phobie non plus. C’est là où l’expression  » c’est pas la petite bête qui va manger la grande » prend tout son sens. Est-ce qu’une araignée va nous manger en vrai?! Bon Ok, pour certaines d’Amérique du Sud ou des îles, on se demande !

La Phormictopus cancerides 
Envergure : 18 cm
Lieu de résidence : essentiellement dans les Antilles et au Brésil

Mais bon, quand on y pense, c’est pas très rationnel!

2- La petite voix.

Pour d’autres, il s’agit de peurs de faire quelque-chose. Est-ce votre cas? Peur de sauter à l’élastique, en parachute, de parler en public, de faire des vidéos sur YouTube…

La peur de parler en public par exemple, est une peur déraisonnable survenant quand la personne doit s’exprimer devant d’autres. Elle est parfois invalidante au point de pétrifier ladite personne ou de la faire s’écrouler avant une intervention orale.

Afin de surmonter chaque peur, il faut être bien préparé. Préparer son discours si nous devons parler devant du monde, préparer son saut avec un moniteur et contrôler tout l’équipement par exemple… C’est déjà une première piste. La seconde est de ne pas écouter sa petite voix, celle qui nous freine dans tous les domaines si nous lui donnons trop d’importance. Au contraire, il faut lui donner un tas de contre-exemple à ce qu’elle raconte ou même se moquer d’elle.

Petite voix: « Tu es nulle, tu n’arriveras pas à parler devant ces 50 personnes! »

Moi: « J’ai bien préparé mon texte et l’ai répété devant ma famille puis en plus, si j’ai réussi à parler devant 15 personnes la semaine passée, ça ne sera pas plus dur! » ou alors « je ne t’entends pas, tu es toute petite, minuscule, tu n’existes pas! ».

Pour des peurs phobiques, lorsqu’elles sont trop inscrites dans notre inconscient, quand on a déjà tout essayé, l’hypnose peut aider en reformatant notre subconscient.

Il n’y a qu’une seule chose qui rend un rêve impossible à réaliser: la peur de l’échec.

Paulo coelho

3- Projections:

Afin de maîtriser sa peur, lorsqu’on la sent monter, comme toute autre émotion, nous pouvons nous projeter des images agréables qui nous rendent heureux comme une plage ou des petits chatons.

Une méthode qui fonctionne bien chez moi c’est de m’imaginer réussir ce que j’ai peur de faire. Je m’explique, si jamais j’ai peur de sauter à l’élastique, je m’imagine après le saut, accomplie et heureuse de l’avoir fait et je commence à ressentir toutes ces émotions de bien-être. Cela conditionne le cerveau à la réussite et ce sera donc plus simple de sauter le pas.

Une autre projection mental intéressante qui devrait fonctionner pour certains d’entre-vous, serait de vous imaginer mettre cette peur dans une petite boîte ou un sac que vous fermerez à clef ou avec un cordon, ce que vous voudrez, puis mettre ce sac ou cette boîte dans sa poche ou la jeter bien loin.

sea city dawn landscape

4- Perturber son mental:

Pour affronter plus facilement nos peurs, nous pouvons perturber notre mental. S’imaginer avoir peur de monter un escalier puis le faire, s’imaginer avoir peur de boire un verre d’eau puis le faire, histoire de faire un pied de nez à notre mental et de lui prouver qu’on peut passer au-delà de nos peurs. Cela nous permettra de gérer plus facilement nos réelles peurs.

« Ne laisse pas la peur prendre des décisions à ta place! »

« Tout ce que vous voulez se trouve de l’autre côté de la peur. »

« Face à la peur tu as deux choix: tout oublier et t’enfuir ou te tenir droit et la combattre. »

« Laisse tes rêves être plus grands que tes peurs et tes actions être plus fortes que tes paroles. »

5- Dépasser sa peur:

Il faut donc se demander de quoi nous avons peur, si c’est une croyance de notre esprit ou si nous courrons un réel danger. Si c’est fabriqué par notre cerveau alors, se demander pourquoi nous croyons cela.

Surmonter sa peur permet de fabriquer l’adrénaline qu’engendre le bon stress et qui permet de soulever des montagnes.

Les personnes qui ont vécu cela se souviendront souvent du moment où une catastrophe est survenue et où le temps a semblé ralentir. Ils savaient exactement quoi faire sans y penser consciemment, ils avaient une grande force (certains ont même pu soulever une voiture pour sauver leur enfant pris au piège) et ils ne ressentaient aucune douleur. Tous ces mécanismes de protection augmentent nos chances de survie. (ndlr https://peurs.fr)


Nous avons donc vu ce qu’est la peur, comment et pourquoi elle se manifeste mais aussi quelques méthodes infaillibles pour l’affronter.

Lorsqu’on passe au-delà d’une peur souvent on se sent plein, entier et excité. Il faut ainsi faire l’inverse de ce qu’on croit ne pas pouvoir faire. Si on croit qu’on est timide, aller parler avec des inconnus et plus on va s’entraîner et moins on se sentira mal. Au bout de 3 ou 4 fois, parfois plus si on est vraiment timide maladif, on ne sera plus handicapé, on gèrera cette peur. Cela permettra dans un même temps de prendre confiance en soi et de se booster pour affronter une nouvelle peur.

Ainsi, je vous invite à foncer, vous battre contre vos peurs et si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à demander à un professionnel ou des proches qui ont réussi à surmonter leurs peurs et pourront vous pousser à aller plus loin.

%d blogueurs aiment cette page :